mercredi 08 juin

Je l'appelle toutes les nuits pour lui dire des poêmes, toute seule devant ce tableau, mon reflet est maquillé.... est maquillé en fleur fanéeDans sa classe, c'set le silence, ma feuille tremble et mon coeur danse, les haut-parleurs m'aident à me taire, un bon vingt, pour mes p'tits vers.C'est vrai, j'ai l'art et la manière, je siffle mon vers, paf, à l'envers.A l'envers ou à l'endroit, mon univers est étroit, encore un vers ...A l'envers ou à l'endroit, recto, verso, vice et versa, encore un vers et je me noie. J'suis dans... [Lire la suite]
Posté par Euphrasie à 12:07:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 07 juin

Mademoiselle Miracle

Rien d'égal.
Posté par Euphrasie à 20:15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 07 juin

Laisse-moi Penser ..
Posté par Euphrasie à 12:32:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 04 juin

[Eloge de la légèreté]

Une résolution pour une prémonition.
Posté par Euphrasie à 14:32:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 04 juin

Allez, d'accord, n'en parlons plus ...
Posté par Euphrasie à 12:51:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 03 juin

Où en être ?Perdue."Non-non, non-non, bien content de partir, non-non-non, non-non-non, j'espère ne pas revenir "... Les sacs débordent, non pas d'enthousiasme. D'une sorte de miasme de vêtements, Choses éparses, sans place. En plus il en surgit des mots, des sons, et des heures souvent longues, parfois étincellantes comme de tous petits cailloux blancs dans l'eau froide. Mes mains doivent sortir les Choses, faire des accouchements, très pesants. Hier j'ai parlé au Petit Raphaël, ce fût un désastre. Qu'importe. Il... [Lire la suite]
Posté par Euphrasie à 23:06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 01 juin

.STUK.

Bande de chauffeurs de pierre, de caches-misère !A l'aube d'un jour très gris, et froid juste sur les pieds, il est bon d'ouvrir un oeil, un ongle et de laisser pénetrer le vent. C'est un vent confortable qui ne se fait pas sentir, il est tiède et mou, il ressemble à du chocolat chaud refroidi sur une table en fer, dehors, mais pas trop à l'ombre. Pas trop à l'ombre mais un peu quand même, il n'y a plus le Soleil. Il est parti, il a dit "A jamais, je ne t'ai jamais aimé."Bon. Un Soleil qui me quitte, zéro à ma portée. A... [Lire la suite]
Posté par Euphrasie à 10:39:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 25 mai

Posté par Euphrasie à 14:22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 22 mai

.Rep.

Partir en miettes et se sentir tendrement désagrégée. Le corps qui ne dure pas et se morfond dans ses effets. Oui, il se morfond et s'abime, se casse, se rompt, s'égratigne. Le corps qui ne sert à rien, s'empiffre jusqu'à l'immondice, se traine jusqu'à l'usure, se complait dans la salissure. Il gêne. Il est obstacle, scaphandrier.Juste sans, il y aurait le vol, l'entendu immense ou la réduction, toute petite, dans un creux d'orbite de souris, là où on ne peut pas se loger.Et puis est-ce que les mouches ont des muscles ?Et puis... [Lire la suite]
Posté par Euphrasie à 20:23:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 22 mai

Hungarian Nothing

.De rien du tout je ne sais si je m'en satisfais.
Posté par Euphrasie à 15:33:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]